fr
mardi 21 juin 2022

Retour à Anticythère 2022

L’épave d’Anticythère, datant de la première moitié du Ier siècle avant J.-C., est la plus riche épave antique jamais découverte en Grèce. Localisée par hasard près des côtes de l’île d’Anticythère en 1900, elle a été fouillée par le commandant Cousteau dans les années 70 puis par les archéologues grecs dans les années 2012-2020. Depuis 2021, le projet est coordonné par l’Université de Genève sous l’égide de l’École suisse d’archéologie en Grèce. La seconde expédition de ce programme quinquennal vient tout juste de se terminer. Son objectif principal était de comprendre plus clairement le navire, son itinéraire, sa cargaison et l’état actuel de l’épave.

La campagne 2022 s’est déroulée du 23 mai au 15 juin. Les recherches, menées par l’École suisse d’archéologie en Grèce sous la direction de Dr Angeliki G. Simosi, chef de l’Éphorie des antiquités d’Eubée, et de Lorenz Baumer, professeur d’archéologie classique à l’Université de Genève, se sont focalisées sur l’extraction de plusieurs gros rochersqui avaient partiellement recouvert la zone du naufrage lors d’éboulements sous-marins antérieurs. Pour permettre de soulever et de déplacer ces blocs, dont le poids frise les 8,5 tonnes, un système de levage sur mesure, composé d’un gréement durable, de coussins de levage sous-marins et d’une alimentation en air comprimé, a été développée puis conçu par l’équipe de Hublot Xplorations, partenaire de l’expédition. Leur retrait a permis à l’équipe internationale de chercheurs et aux plongeurs professionnels d’accéder, par plus de 60 mètres de fonds, à une partie encore inexplorée du site sous-marin.

Il faut savoir qu’au début du siècle des centaines d’œuvres d’art, dont les fabuleuses statues de bronze et de marbre qui remplissent aujourd’hui les galeries du Musée archéologique national d’Athènes ainsi que le mystérieux dispositif à engrenages du mécanisme d’Anticythère, ont été découvert, à cet endroit, par les pêcheurs d’éponges. L’exploration de nouvelles zones encore vierges de l’épave laissaient donc présager de belles découvertes pour cette campagne 2022. Et ce fut le cas.

Site web officiel:

http://antikythera.org.gr

Projet Anticythère sur le site web de l’ESAG:

ESAG - Anticythère

Des découvertes spectaculaires

Voici quelques exemples des dernières découvertes:

  • Un socle d’une statue en marbre avec la partie inférieures des jambes, le tout recouvert d’une épaisse couche de dépôts marins.
  • Une tête en marbre d’un personnage masculin barbu, plus grand que nature, qui pourrait être identifié à un Héraklès du type dit Farnèse. Elle pourrait appartenir à la statue sans tête de l’Héraklès d’Anticythère, (inv. no. 5742 du Musée archéologique national), qui a été récupérée par des plongeurs d’éponge en 1900.
  • Deux dents humaines, découvertes dans un agglomérat solide de dépôts marins avec des fragments de cuivre, de bois et d’autres matériaux typiques d’une catastrophe maritime. L’analyse génétique et isotopique des dents permettra déduire des informations sur le génome et d’autres caractéristiques pertinentes sur l’origine des individus auxquels elles appartenaient.
  • De nombreux objets provenant de l’équipement du navire, tels que des clous en bronze et en fer, le collier en plomb d’une ancre en bois de grande taille, et des masses de concrétions en fer amorphe recouvertes de dépôts marins ont également été récupérés. Des analyses en laboratoire permettront d’identifier leur fonction.

La position exacte et le contexte archéologique de chaque découverte ont été précisément documentés lors des fouilles et seront intégrés au modèle 3D du site. Des échantillons de sédiments ont été prélevés dans des zones prédéterminées du fond marin, permettant une microanalyse qui conduira à une meilleure connaissance des dimensions et de la position précise de l’épave. Avec l’analyse des artefacts en cours, les nouvelles pratiques microarchéologiques permettront de reconstituer avec précision la disposition de l’épave et les conditions du naufrage du navire.

Une équipe internationale

Supervisées par l’Éphorie des antiquités sous-marines et placées sous le patronage de S.E. la Présidente de la République hellénique, Mme Katerina Sakellaropoulou, les recherches sur le terrain ont été dirigées par Alexandros Sotiriou, chercheur associé de l’Université de Genève. Le personnel scientifique était également composé de Carlo Beltrame, professeur à l’Université Ca’Foscari de Venise, du Dr Elisa Costa, chercheur à cette même université, d’Orestes Manousos (MA) et du Dr Isaac Ogloblin, ainsi que des plongeurs spécialisés Haralambos Mitrou, Dimitris Romios et Nikolas Giannoulakis, qui s’occupait également de la photographie sous-marine utilisée pour la modélisation 3D. Quatre membres de l’unité des missions sous-marines des garde-côtes helléniques, Aris Machairidis, Dimitris Hatziaslan, Dimitris Kiosis et George Lytrivis ont également participé quotidiennement aux travaux sur le terrain. Le support technique a été assuré par les membres de l’équipe Hublot Xplorations Mathias Buttet, Michel Blumenthal, Aloïs Aebischer et Diego Carven et le matériel de laboratoire pour les analyses sur place a été fourni par la Faculté des Sciences de l’Université de Genève (Laboratoire de Cristallographie et Département des Sciences de la Terre). L’architecte-plongeur de l’Ephorie des antiquités sous-marines, Aikaterini Tagonidou, a supervisé toutes les activités de travail au nom du ministère hellénique de la Culture et des Sports.

Les partenaires
Comme les années précédentes, le projet a bénéficié du navire de ravitaillement « Typhoon », mis à disposition par la Laskaridis Charitable Foundation. Les principaux soutiens du programme de recherche sont la Fondation Aikaterini Laskaridis et Hublot. Les recherches sont également financées par la Fondation de recherche Nereus, qui a été créée à Genève dans le but principal de soutenir le programme de recherche sur l’épave d’Anticythère.

Contact
• Lorenz Baumer
Professeur d’archéologie classique
Université de Genève
+41 22 379 71 23
+30 698 023 4334
Lorenz.Baumer@unige.ch

 

• Sylvie Fournier
Responsable communication
Ecole Suisse d’archéologie en Grèce
+41 78 890 04 20
communication@esag.swiss

 

Communiqué de presse

Communiqué de presse